Fermer l'alerte

Dans le cadre de la réglementation liée à la crise sanitaire, l’accès au Théâtre des Ursulines, à La Chapelle du Genêteil ainsi qu’aux événements extérieurs est soumis à la présentation du passe sanitaire pour toutes les personnes de plus de 18 ans.
À compter du 30 septembre cette mesure s’appliquera également aux 12-17 ans.

Faire une recherche
Menu

de l’autre côté du miroir

Les jeudis du centre d'art contemporain
Eva Prouteau

Personne à mobilité réduite Personne en fauteuil roulant Niveau de français difficile
Bruno Peinado « Sans titre, Silence is sexy », 2004-2015 – Structure gonflable miroir souple, soufflerie avec temporisation – 390 x 550 x 550 cm – Courtesy galerie Loevenbruck, Paris / Vue de l’exposition Bruno Peinado, « Silence is Sexy », Migros Museum, Zurich, Suisse, 2005-2006. photo © Stefan Altenburger Photography Zurich, courtesy Migros Museum, Zurich © ADAGP, 2021
Nombre de photo(s) 1 Photo

Qu’il soit reflet de l’eau ou objet manufacturé, le miroir tient une place importante dans la vie des humains. Dans l’histoire de l’art européen, le mythe de Narcisse, raconté par Ovide dans «Les Métamorphoses», a imprégné les consciences et inspiré les artistes.

À partir de la Renaissance, après qu’Alberti a déclaré en 1435 que le miroir est le juge de la peinture, le miroir plan s’est imposé comme un mode d’organisation du regard. Qu’en est-il aujourd’hui ? De Dan Graham à Claude Lévêque, de Yayoi Kusama à Monica Bonvicini, les artistes conçoivent des dispositifs réfléchissants qui font appel au vertige des sens, mettent en scène la déréalisation du monde ou la fragmentation du sujet. Enquête sur un matériau qui s’envisage sur un mode intimiste, mais aussi sur un mode relationnel, qui fait interagir le corps, l’espace, la lumière et le temps.

conférence


    à partir de 15 ans


    durée : 1h30