<   retour billetterie   >

True Copy

BERLIN [Bart Baele & Yves Degryse]
mardi 30 mars 2021
20h30
Théâtre des Ursulines
in tarif 20€ /
réduit 10€
+ de tarifs
durée : 1h20
placement numéroté
>  billetterie
Age 16+
distribution
conception et direction BERLIN [Bart Baele et Yves Degryse] / avec Geert Jan Jansen / assistant Geert Jan Jansen Luk Sponselee / vidéo BERLIN, Geert De Vleesschauwer, Jessica Ridderhof et Dirk Bosmans / montage BERLIN, Geert De Vleesschauwer et Fien Leysen / scénographie Manu Siebens, Ina Peeters et BERLIN / composition musicale et mixage Peter Van Laerhoven / mixage live Arnold Bastiaanse ou Hans De Prins / piano Govaart Haché / violoncelle Katelijn Van Kerckhoven / coordination technique Manu Siebens et Geert De Vleesschauwer / assistance technique Rex Tee / enregistrements sonores Bas De Caluwé et Maarten Moesen / conception lumières Barbara De Wit / trailers et teasers Fien Leysen et BERLIN / photographie Koen Broos / chargées de production Celeste Driesen et Jessica Ridderhof / administrateur Kurt Lannoye / administration Jane Seynaeve / diffusion Eveline Martens / communication Sam Loncke
production et soutien
Production BERLIN. Coproduction deSingel international arts campus [Anvers, BE], le CENTQUATRE-PARIS [FR], Het Zuidelijk Toneel [Tilbourg, NL], Brighton Festival [UK], C-TAKT [Limburg, BE], Theaterfestival Boulevard [Den Bosch, NL], PACT Zollverein [Essen, DE]. Avec le soutien du gouvernement flamand, le tax-shelter du gouvernement fédéral belge (Podiumfonds). Remerciements à Saskia Verreycken, Diana Boro, Geert Jan Jansen pour sa collaboration aux préparations, répétitions et performances. BERLIN est creative associate au deSingel international arts campus [Anvers, BE] et artiste associé au CENTQUATRE-PARIS [FR].
Le groupe BERLIN met en lumière la figure d’un faussaire, Geert Jan Jansen, arrêté par les autorités françaises en 1994, au milieu de 1 600 toiles de maîtres dont la plupart sont des faux.

Pendant plus de vingt ans, Geert Jan Jansen a mené le monde de l’art en bateau. À ce jour, quelques tableaux de sa main sont encore accrochés aux cimaises de musées du monde, sans que quiconque se doute qu’il s’agit en fait de contrefaçons. Ce fait divers transcende la simple escroquerie en remettant en question les notions de « vrai » et de « faux » à la base du système économico-judiciaire du monde de l’art. Le spectacle dévoile les rouages internes d’un homme complexe et met en évidence l’hypocrisie du monde de l’art. Et le spectateur, quant à lui, prend un plaisir jubilatoire à entrer dans ce jeu de dupes, cette impossible arnaque... quitte à se faire avoir.

#JESUISCRITIQUE
Inscrivez-vous !