<   retour billetterie   >

Gravité

Ballet Preljocaj
Mardi 17 décembre 2019
20h30
Théâtre des Ursulines
tarif exceptionnel 30 €
+ de tarifs
durée : 1h20
placement numéroté
>  billetterie
danse +++++
ballet +++++
en apesanteur +++
distribution
chorégraphie Angelin Preljocaj / musiques Maurice Ravel, Johann Sebastian Bach, Iannis Xenakis, Dmitri Chostakovitch, Daft Punk, Philip Glass, 79D / costumes Igor Chapurin / lumières Éric Soyer / assistant, adjoint à la direction artistique Your Aharon Van den Bosch / assistante répétitrice Cécile Médour / choréologue Dany Lévêque
production et soutien
Production Ballet Preljocaj. Coproduction Chaillot - Théâtre National de la Danse - Paris, Les Théâtres de la Ville de Luxembourg, Biennale de la danse de Lyon 2018, Grand Théâtre de Provence, Scène Nationale d’Albi, Theater Freiburg (Allemagne). Le Ballet Preljocaj / Centre Chorégraphique National est subventionné par le Ministère de la culture et de la communication - DRAC PACA, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, le Département des Bouches-du-Rhône, la Métropole Aix-Marseille Provence / Territoire du Pays d’Aix et la Ville d’Aix-en-Provence. Il bénéficie du soutien du Groupe Partouche - Casino Municipal d’Aix- Thermal, des particuliers et entreprises mécènes ainsi que des partenaires.
Dans un ballet mêlant danse contemporaine et classique, treize danseurs défient la pesanteur. Outre la virtuosité des interprètes, la création d’Angelin Preljocaj est portée par une scénographie épurée, des lumières somptueuses et une partition musicale voguant de Bach à Daft Punk.
Puissant et aérien !

Désignant l’attraction entre deux masses, la gravitation se traduit de la même manière pour chacun d’entre nous : nous sommes cloués au sol mais tentons désespérément de nous élever d’une manière ou d’une autre. Cette alternance d’ancrages au sol et d’envols fait partie intégrante du travail et de la recherche des danseurs. Angelin Preljocaj travaille depuis des années sur ces notions de poids, d’espace, de vitesse et de masse.
Avec Gravité, il nous propose une traversée de ces différents états, toujours très liés à un univers musical spécifique. Les tableaux se succèdent, de Iannis Xenakis à Dmitri Chostakovitch en passant par Philip Glass, dans des ambiances et des costumes ciselant le corps des interprètes en noir ou blanc. Le Boléro de Maurice Ravel s’invite même pour achever la cérémonie dans une transe finale qui ramène les danseurs à leur condition humaine, inexorablement au sol.

Ce spectacle bénéficie du soutien du Crédit Agricole Anjou Maine.

 

Galerie
vidéos