<   retour billetterie   >

ANTHOLOGIE DU CHARABIA

conférence d'Antoine Poncet
Samedi 7 mars
16h30
Théâtre des Ursulines
plein tarif > 8 €
tarif réduit > 5 €

pass plein tarif > 35 €
tarif réduit > 25 €
durée : 45 min
>  billetterie
Restauration sur place les trois soirs
Formule soupe, plat, dessert
8 €
(hors boisson)
Nombre de places limité, réservation indispensable
T. 02 43 09 21 52 ou contact@le-carre.org

Un espace librairie est à votre disposition au Théâtre des Ursulines, en partenariat avec la Librairie M'Lire Anjou

Salons vidéos au Théâtre des Ursulines pendant les trois jours avec "Eloge de l'arbre" d'Eric Watt et "Krach audition" d'Alexandre Périgot. Présentation à télécharger
ci-dessous.

Habitation sonore du Cloître des Ursulines de Gaël Loison avec Noroeste.
conférence d'Antoine Poncet

Le charabia viendrait à l’origine d’une déformation de «al garabia» et signifierait «arabe», puis au XIXe siècle, il est ainsi défini : «mot dont se sert le peuple de Paris pour désigner un Auvergnat ou le patois d’Auvergne ; et tout langage grossier et peu intelligible». Nous pourrions multiplier les exemples de ces mots qui désignent familièrement des langages grossiers et peu intelligibles.
Initialement, le charabia est le français approximatif parlé par un non francophone, puis, dans un deuxième temps, c’est une langue à fort accent.
C’est par la suite que les choses se compliquent car arrivent ceux qui parlent français, mais tentent d’en sortir, de cultiver leur accent, de le déformer, de le déconstruire, de l’exploser, ceux qui inventent d’autres langues...
Laissons aux dictionnaires l’appréciation de grossièreté et rassemblons tous ces charabias entrants ou charabias sortants pour obtenir le simple critère de choix des textes de l’Anthologie du charabia : une langue ou tentative de langue peu intelligibles. Il s’agit d’aller recenser les infimes, les bizarres, rares, vulgaires, précieuses, étranges, délirantes, celles qui ne méritent même pas d’être appelées langues.

À L’écart et au gré des crises
Ce nouveau chapitre de «L’Anthologie du charabia», a pour projet d’aborder le vaste problème de la divagation. Des langues de crises, des langues de phases critiques. Au delà des questions sans réponses, des réponses sans questions. Les exemples de textes jargonneux, de formules abstraites, voire absconses qui «interrogent la question du langage» sont légions, et semblent être la norme, comme s’en amusent par exemple les générateurs automatiques de critiques d’art ou de discours politiques. Liste des auteurs pressentis : Guillaume Apollinaire, Antonin Artaud, Stéphane Bérard, Dino Buzzati, Noam Chomsky, Philippe Dagen, Denis Diderot, Jean Dubuffet, François Dufresne, Willen von Humboldt, Urbain Grandier, Raymond Hains, Denis Hollier, Michel Leiris, Charles Nodier, Laurent Quintreau, Rabelais, Raspoutine, Ferdinant de Saussure, Stendhal…

Antoine Poncet

Antoine Poncet, est un artiste visuel et un performer. Combinant expositions et conférences, son travail visuel et oral est un défi subtil aux canons de la mode et de l’histoire. Empreint d’un esprit inventif il joue de l’incongruité des convenances de l’époque et prône une esthétique de la diversité. Expositions et conférences récentes :
L’imaginaire de la Ligne Maginot, En juin 2014, dans le cadre de l’exposition « les désastres de la guerre » conférence-accessoirisée sur un musée de l’imaginaire de la drôle de guerre. Louvre-Lens 2014
Hazard pictures, le temps de la décantation, Conférence et installation à propos d’un voyage sur les côtes du Töhoku deux ans après Fukushima. INALCO 2013
Anthologie du charabia Faunes et satyres, Centre Pompidou Paris, 2013
Pour les Chômeurs Intellectuels, Étude de timbres surtaxés des années 1930 représentant les grandes figures des intellectuels français. CNEAI 2013
Anthologie du charabia, le son des mots, soirées nomades Fondation Cartier, 2012
Nénette & Rintintin, Installation et ateliers pour l’exposition «1917» : des porte-bonheur de la première Guerre mondiale très populaires aussi appelés «les fétiches anti-Gothas ». Centre Pompidou‐Metz, 2012 L’anagramme en Morse. Avant d’inventer le Morse, Samuel F. Morse était peintre et conférencier. Villa Arson, 2010
Hommage à Lavoisier Reconstitution Place de la Madeleine à Paris, de l’inauguration de la statue aujourd’hui disparue, du grand chimiste connu pour sa phrase «Rien ne se perd, Rien se crée, Tout se transforme». Nuit Blanche 2010

http://antoineponcet.fr

Service de presse
www.myra.fr

Galerie